COMPAGNIE

Attaché à l’idée de placer l’acteur au centre de la création théâtrale et d’inventer des spectacles en grande proximité avec le public, Philippe Baronnet s’intéresse particulièrement aux écritures contemporaines. Il a monté des pièces de Koltès, Greig, Norén, Mougel et sollicite régulièrement des auteurs pour des commandes d’écritures : Jalie Barcilon, Jean-Marie Clairambault, Métie Navajo…

En 2013, il crée avec Jérôme Broggini la compagnie Les Échappés vifs, associée au Préau CDN de Vire-Normandie de 2016 à 2018, avec laquelle ils présentent de nombreux spectacles sur le territoire normand et au-delà.

A travers le choix des pièces, la jeunesse et plus largement les rapports familiaux sont des thématiques récurrentes pour Les Échappés vifs. Passionnés par la pédagogie, attentifs aux dramaturgies contemporaines et soucieux de porter l’art dramatique également hors des salles traditionnelles, les artistes et techniciens réunis au fil des créations défendent un théâtre sensible et psychologique qui interroge, bouscule et invite le spectateur à se pencher sur les détails.

Au-delà des productions théâtrales, l’engagement artistique auprès des adolescents est un des axes majeurs de la compagnie : tous les membres de l’équipe s’investissent dans des résidences artistiques, notamment en milieu scolaire ou universitaire. Les comédiens sortent alors des théâtres pour se confronter plus directement au public et inventer du théâtre hors des lieux habituels.

Philippe Baronnet

Issu de la promotion 2009 de l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, Philippe Baronnet participe, en tant que comédien, à plusieurs spectacles de metteurs en scène renommés : Les Ennemis de Maxime Gorki mis en scène par Alain Françon, Hyppolyte/La Troade de Robert Garnier mis en scène par Christian Schiaretti, Cymbeline de William Shakespeare mis en scène par Bernard Sobel. Parmi ses différents travaux d’école, il participe à deux créations de Philippe Delaigue : Les Sincères de Marivaux et Démons de Lars Norén.

Au sortir de l’ENSATT, il devient comédien permanent au Théâtre de Sartrouville et participe, jusqu’en 2012, aux créations de Laurent Fréchuret : Embrassons-nous, Folleville ! d’Eugène Labiche, La Pyramide de Copi, L’Opéra de quat’sous de Brecht et Weill. Dans le cadre de la 8ème biennale Odyssées en Yvelines du Théâtre de Sartrouville, il joue De la salive comme oxygène, texte commandé à Pauline Sales et mis en scène par Kheireddine Lardjam. En parallèle de ses expériences de jeu, Philippe Baronnet s’implique dans la vie du CDN des Yvelines, anime des ateliers en milieu scolaire et préside au comité de lecture du théâtre. En 2010, il assiste Laurent Fréchuret à la mise en scène de La Pyramide de Copi.

Parallèlement à ses expériences de comédien, il met en scène ses camarades de la promotion 68 de l’ENSATT dans Phénomène #3 de Daniil Harms, dont il avait déjà monté des textes dans une précédente mise en scène, Bam, en 2008. La dernière année de sa permanence artistique à Sartrouville, il dirige la mise en espace de Lune jaune de David Greig, texte lauréat du comité de lecture, et choisit Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Norén pour ouvrir la saison 2012/13 du centre dramatique. Depuis, il travaille régulièrement au Préau de Vire-CDR où, après avoir repris un rôle dans Les Arrangements de Pauline Sales mis en scène par Lukas Hemleb, il dirige des résidences dans les collèges et lycées partenaires autour de Un mois à la campagne d’Ivan Tourguéniev, et crée Le Monstre du couloir de David Greig pour le Festival Ado, en avril 2014.

À partir de 2016, la compagnie qu’il dirige, Les Échappés vifs, est associée pour trois ans au Préau CDN de Normandie-Vire. Il crée Maladie de la jeunesse de Ferdinand Bruckner en janvier, Libres Échanges de Gaëlle Hausermann en avril 2016, La Musica deuxième de Marguerite Duras en janvier 2017, puis Quai ouest de Bernard-Marie Koltès en février 2018. En janvier de la même année, il met en scène We just wanted you to love us de Magali Mougel pour Odyssées en Yvelines.

A travers le choix des pièces et des auteurs, la jeunesse et plus largement les rapports familiaux s’imposent comme des thématiques majeures pour Philippe Baronnet. Travaillant avec des artistes et techniciens fidèles, il est à la recherche d’un théâtre physique, incarné, donnant toute sa liberté aux acteurs. Avec la forme du huis clos et des dispositifs scéniques souvent immersifs, il explore le dialogue aigu d’auteurs contemporains comme Duras, Bruckner, Norén et Viripaïev où les silences et les gestes infimes sont souvent aussi importants que les mots. Pris entre règlements de comptes, joutes verbales, moments de tension vertigineux et conflits de générations, les personnages qu’il scrute sont d’aujourd’hui : pétris de contradictions, drôles et violents, grands et mesquins – en un mot, complexes.

Au-delà des créations théâtrales, l’engagement artistique auprès des adolescents est un des axes principaux de la compagnie ; les artistes réunis dans ses projets s’investissent dans des périodes de résidence artistique, le plus souvent en milieu scolaire. Artistes mais aussi techniciens sortent alors des théâtres et salles de répétition habituels pour se confronter plus directement au public et inventer du théâtre là où, d’ordinaire, on n’en trouve pas.

Titulaire du Diplôme d’État d’enseignement théâtral, il enseigne l’art dramatique dans les classes du secondaire et dans le supérieur : aux lycées Notre-Dame-de-La-Providence d’Avranches, Marie Curie de Vire et à l’université de Caen ; il dirige également des stages de pratique pour comédiens, notamment à l’ETI Europäisches Theaterinstitut de Berlin et au Studio Müller à Paris. Depuis 2018, il est membre du jury pour le concours d’entrée et enseigne en classe libre des Cours Florent.